top of page

Les Chiens

Évidemment qu’on vole en fixant les nuages La lingerie des femmes aux fenêtres des cages Et tu manges et tu bois et tu baises et tu foutres Comme le font les loutres de novembre à novembre

Évidemment toujours des matrones lubriques Construisent avec des briques des cantines et des cours Et les fétus de paille s’envolent avec le vent Les trois petits cochons s’en souviennent souvent

Il y a des chiens pourtant Qui ne sont bien qu’en laisse Et puis quand on les laisse Ils se taillent là-bas Où les oiseaux Sortis des chrysalides Apprennent aux éléphants À sauter dans le vide

Les cigognes t’apportent un nouvel arbrisseau Va donc chercher un pot pour lui planter les pognes Harassé de besogne et traînant les sabots

Il courbera le dos au passage des cognes

Entre le monde ancien et le monde nouveau Aux arbres citoyens des forêts de drapeaux Et tandis que les chiens défilent en colonnes Les sillons abreuvés font des armées de clones

Il y a des chiens pourtant Qui ne sont bien qu’en laisse Et puis quand on les laisse Ils se taillent là-bas Où les oiseaux Sortis des chrysalides Apprennent aux éléphants À sauter dans le vide La vie est mosaïque ou bien n’est-elle pas Comme un chien qui renifle un chagrin qui s’en va Aller au large Aller au large ! Il y a des chiens pourtant Qui ne sont bien qu’en laisse Et puis quand on les laisse Ils se taillent là-bas

Où les oiseaux

Sortis des chrysalides Apprennent aux éléphants À sauter dans le vide Assis près d’une vitre du Milan-Singapour Les nouvelles vont vite entre nous mon amour Tes lèvres sur mes joues comme des sucres d’orge Resserrent le collier qui me serre la gorge Aller au large Aller au large !



Album La Nuit

Auteur-compositeur : Samuel Covel

Posts récents

Voir tout

Vautours Radiophoniques

(version courte) Chers auditeurs, voici les derniers communiqués du Ministère pour la Sauvegarde des Intérêts Publics : -Au Marché de l'Économie de Mouvements, nous n'avons plus de battements de cils.

L'Écran

C'était pas lui qui regardait l'écran C'était l'écran qui lui tétait la tête Comme la niche Qui tète le loup au travers du chien Jusqu'à ce qu'il ne soit plus que laisse à pendre au cou Jusqu'à ce que

Et demain

Un calibre, un cigare Et sur le chêne de la table Du bourbon dans un verre à liqueur Hé, mon amour Il est l’heure De quitter la cuisine Pour le cuir de la berline Et fondre au rodéo Sur les boulev

Commentaires


bottom of page