top of page

Le monde ne tourne pas comme une horloge

(Trotteuses et Vertiges)



Le monde ne tourne pas comme une horloge Il se cabre, il piaffe, il hennit, Il a les yeux grands ouverts et rougis Hé dis moi toi, tu l’entends son tumulte ? Ou toi aussi tes tympans font les morts.

Avec tes mains d’étrangleur de merveilles je sais que tu as peur du temps De patauger dans ta propre chair, Regarder ta montre et te dire : C’est le présent déjà ? Le présent déjà passé Le passé toujours en retard Et le futur toujours absent.

Un point massif de suspension, Un point qui s’interroge Le monde ne tourne pas comme une horloge.

Et ces idées qui tournent et tournent dans la tête Une vraie centrifugeuse la tête ! Du genre À vous distiller l’essence même de l’émotion de l’âme, Et à vous la balancer contre les parois du crâne Et ça rebondit là-dedans, comme à la foire Un vrai lance-migraine le craquement du chêne, quand le brasier le prend, et le ronge Le monde, ne tourne pas comme une horloge

Et nous voilà mes chers autrui, dans l’air du temps Nos racines s’envolent Et on se balade là, dans un ciel nouveau, à la mode Comme des rossignols aux ailes de Titans

Alors imagine un peu l’effet papillon... Mais non On reste là, les mains collées contre le miroir des vitrines À respirer notre propre buée, boire notre propre humeur Sans même parvenir à nous nourrir de nous-mêmes

Alors qu’il y a au-dessus de toi petit crâne Une telle fenêtre, une telle échappatoire, un tel courant d’air de millions, de milliards d’étoiles

C’est quand même con ! Et puis, c’est quand qu’on y va dis, Pour s’échapper d’ici, Pour enfin tout connaître Se soulever pour plonger La vie n’est que peut-être Dans le ciel grand ouvert

Redevenir petit enfant Le cœur gonflé, le cœur géant, Comme un soufflet de forge Et que le poing du monde Écrase enfin l’horloge



Album La Nuit

Auteur-compositeur : Samuel Covel

Posts récents

Voir tout

Vautours Radiophoniques

(version courte) Chers auditeurs, voici les derniers communiqués du Ministère pour la Sauvegarde des Intérêts Publics : -Au Marché de l'Économie de Mouvements, nous n'avons plus de battements de cils.

L'Écran

C'était pas lui qui regardait l'écran C'était l'écran qui lui tétait la tête Comme la niche Qui tète le loup au travers du chien Jusqu'à ce qu'il ne soit plus que laisse à pendre au cou Jusqu'à ce que

Les Chiens

Évidemment qu’on vole en fixant les nuages La lingerie des femmes aux fenêtres des cages Et tu manges et tu bois et tu baises et tu foutres Comme le font les loutres de novembre à novembre Évidemm

Comments


bottom of page