top of page

La folie

En empoignant le sceptre et la loi du Talion Nous avons oxydé la plupart des idées qui méritaient de vivre En gravant nos prénoms sur les masques de cuivre Nous avons écaillé le vernis des années qui coulent et qui s’en vont

C’est avec la vitesse, au toit du firmament Que la plupart des gens vont et viennent en gloussant le long des murs du son Encore la tendresse, en costume de nuit Qui éclipse nos vies de ses longs cils charmants et de ses bras couillons

Si ce n’était l’ivresse, de vivre au jour le jour Je dirais mon amour que nous pourrions aussi nous payer à crédit Les mains dans l’engrenage, qui ronge mes phalanges Mes doigts de musicien doucement pourriraient pour ne devenir rien Revenez au silence, la parole aux questions La peur comme une science qui étrangle l’étrange encrier à chansons L’encrier à histoires, qu’on débouche et qu’on vide Devant notre miroir chaque jour chaque nuit nous dessine des rides

Quand il n’y aura plus rien, que tout sera fini Que la pisse des chiens sur le béton moisi qui recouvre nos villes Que les ondées fétides, et les puits de purins Des marchands de fusils à la bouche flétrie par la bave putride

Alors main dans la main, au chant des libellules Dans la vaste prairie nous irons respirer l’odeur des campanules La camisole aux reins, au fond d’une cellule Nous goûterons la joie d’arpenter la folie qui rampe dans nos bulles

Alors main dans la main, au chant des libellules Dans la vaste prairie nous irons respirer l’odeur des pâquerettes La camisole aux reins, au fond d’une oubliette Nous goûterons la joie d’arpenter la folie qui rampe dans nos têtes



EP Mue Imaginale

Auteur-compositeur : Samuel Covel

Posts récents

Voir tout

Les roses

Embrasse-toi sur mes lèvres Disait l’homme à la vieille Et allons donc danser tous deux L’un est l’âtre et l’autre le feu Dessine-moi un de mes rêves Disait l’homme à l’oseille Et allons donc cla

Aberdeen

Aux abois des prisons, aux arbres sans licol Des tenailles d’acier me tiennent par le col Des sirènes aussi s’ennuient à Aberdeen Femmes à queue de poisson, à la langue saline Dans le bocal étroi

Mes amis squelettiques

Buvons buvons un coup mes amis squelettiques Buvons la mer à boire Le raisin qui rend fou l’absinthe à la peau noire Sur le bateau Sifflons rots granuleux de rocaille de menthe La nuque de raideur e

Kommentare


bottom of page