top of page

Mes amis squelettiques

Buvons buvons un coup mes amis squelettiques Buvons la mer à boire Le raisin qui rend fou l’absinthe à la peau noire Sur le bateau

Sifflons rots granuleux de rocaille de menthe La nuque de raideur et le palais au frais La boîte à dents qui braille et le gosier qui bande Puis raillons le Bon Dieu et son éternité

Quand nos sens se rétractent et tissent leur cocon Courbons les lignes droites en écartant les yeux Comme les cheveux d’or des bulles du mousseux Notre esprit se transforme en un grand papillon

Alors buvons, buvons un coup mes amis squelettiques Buvons la mer à boire Nos fioles de poison en costume de poire Sur le bateau

Alors buvons encore mes amis squelettiques Mes bibelots posés sur le sel de mes reins Buvons aux cœurs des reines, aux hanches des catins Le vin tape au carreau de mon cœur d’as de pique Sur le bateau ivre

Le ciel se fait sans vent et la mer est si calme Pas le moindre courant pour nous creuser la vague Pas le moindre courant pour sonner la blisaille Le souffle du néant a avalé du sable

L’ensemble s’est figé, pétrifié sur la toile Le soudain est venu indéfiniment lent L’araignée du présent a rongé le fermoir De ma montre à gousset qui claque d’un tic blanc

Alors buvons buvons un coup mes amis squelettiques Buvons la mer à boire Le raisin qui rend fou l’absinthe à la peau noire Sur le bateau

Alors buvons encore mes amis squelettiques Buvons à perdre haleine et que la mer se vide Buvons pour que nos pieds dansent bien malgré nous Et que le vent revienne nous écorcher les joues Sur le bateau ivre



EP Mue Imaginale

Auteur-compositeur : Samuel Covel

Posts récents

Voir tout

Les roses

Embrasse-toi sur mes lèvres Disait l’homme à la vieille Et allons donc danser tous deux L’un est l’âtre et l’autre le feu Dessine-moi un de mes rêves Disait l’homme à l’oseille Et allons donc cla

Aberdeen

Aux abois des prisons, aux arbres sans licol Des tenailles d’acier me tiennent par le col Des sirènes aussi s’ennuient à Aberdeen Femmes à queue de poisson, à la langue saline Dans le bocal étroi

La folie

En empoignant le sceptre et la loi du Talion Nous avons oxydé la plupart des idées qui méritaient de vivre En gravant nos prénoms sur les masques de cuivre Nous avons écaillé le vernis des anné

Comments


bottom of page