top of page

Les roses

Embrasse-toi sur mes lèvres Disait l’homme à la vieille Et allons donc danser tous deux L’un est l’âtre et l’autre le feu

Dessine-moi un de mes rêves Disait l’homme à l’oseille Et allons donc claquer tous deux L’un est l’âtre et l’autre le feu

Mais bien candide sont les roses Qui fleurissent dans les tapins Mais bien candides sont les roses Qui fleurissent

Ébahis-moi de ta lumière Disait l’insecte au réverbère Car de vivre mourir se peut L’un est l’âtre et l’autre le feu

Fais-nous marcher une heure encore

Disait la veuve au croque-mort Il faut aimer pour dire adieu L’un est rare et l’autre précieux

Mais bien candide sont les roses Qui fleurissent dans les tapins Mais bien candides sont les roses Qui fleurissent

À l’horizon des temps modernes S’enfuient sans cesse à perdre haleine Des paradis qui sonnent creux

Si la poussière te démange Vient t’allonger sur l’herbe étrange Sous l’arc-en-ciel majestueux

Mais bien candides sont les roses Qui fleurissent



EP Mue Imaginale

Auteur-compositeur : Samuel Covel

Posts récents

Voir tout

Aberdeen

Aux abois des prisons, aux arbres sans licol Des tenailles d’acier me tiennent par le col Des sirènes aussi s’ennuient à Aberdeen Femmes à queue de poisson, à la langue saline Dans le bocal étroi

La folie

En empoignant le sceptre et la loi du Talion Nous avons oxydé la plupart des idées qui méritaient de vivre En gravant nos prénoms sur les masques de cuivre Nous avons écaillé le vernis des anné

Mes amis squelettiques

Buvons buvons un coup mes amis squelettiques Buvons la mer à boire Le raisin qui rend fou l’absinthe à la peau noire Sur le bateau Sifflons rots granuleux de rocaille de menthe La nuque de raideur e

Comments


bottom of page